Test ISO du Pentax k-1 : ce qu’il vaut avec Lightroom

Les rédactions du monde entier et les labos spécialisés permettent déjà de comparer la montée ISO des boîtiers, aussi voici une approche un peu différente permettant de se faire un avis différent sur la question concernant la montée ISO du Pentax K-1.

Export en 4k et réduction de bruit : pourquoi ?

4k-sur-tirage-a4

Voici une photo en 4k placée sur une page A4 en pleine définition (300 dpi). Passez la souris sur la photo pour voir le détail à 100%.

Les tests de labo sont excellent quand il s’agit de comparer ou de mesurer le potentiel d’un boîtier, mais si comme beaucoup d’autres vous « shootez en raw » et développez vos photos aux petits oignons, un aperçu de fichier fini est un plus.

Ensuite, regarder une photo à 100% n’a aujourd’hui plus vraiment de sens. Pourquoi ? Parce qu’avec une image de 8 MP, il est possible de :

  • Afficher la photo sur l’ensemble des téléviseurs et moniteurs jusqu’à la 4k
  • Mettre la photo en page dans un livre photo jusqu’à la pleine page A4
  • Agrandir en 90×60 cm pour une exposition ou un poster (100 dpi)

Si comme moi vous n’avez pas l’intention d’aller plus loin, alors une résolution 4k (3236×2160 ici) sera suffisante, voilà pourquoi j’ai choisi ce format de sortie.

Toutes les photos de ce test ont été traitées sans aucun ajustement de l’exposition, ni aucun filtre. Seul deux paramètres ont été touchés : l’accentuation, et la réduction de bruit. L’accentuation permet de mettre en valeur les détails, quand la réduction de bruit limite cet effet néfaste de la montée en ISO. Naturellement, les deux sont un peu antinomique, car l’accentuation révèle le bruit, quand réduction de bruit élimine les détails. Seule exception dans ce test, pour les très haut ISO (>51200), le filtre clarté a été préféré à l’accentuation, car il est moins sensible au bruit et s’avère alors plus efficace.

Pour la réduction de bruit sur ce test, jamais plus de 50% du bruit de luminance n’a été ôté : au-delà les photos perdent beaucoup en détails, et les artefacts (défauts) apparaissent facilement.

Assez parlé, place au test !

Le k-1 à l’épreuve

Autant le dire tout de suite : le Pentax k-1 fait partie des champions en matière de gestion de bruit. Il faut dire que, doté du même capteur que le D810 et le Sony A7r, il n’est pas mal loti. Voyons plutôt directement les résultats obtenus :

pentax-ff-iso-chart-FR

Survolez l’image pour un aperçu à 100% de l’export 4K

La scène complète

Voici la scène complète, à chaque palier ISO. Les ISO 200 et 400 ne sont pas présenté par absence de différences visibles.

ISO 100ISO 800ISO 1600ISO 3200ISO 6400ISO 12800ISO 25600ISO 51200ISO 102400ISO 204800ISO 102400 N&BISO 204800 N&B
ISO 100

ISO 800

ISO 1600

Pentax K1 ISO 3200

ISO 6400

Pentax k-1 ISO 12800

ISO 25600

Pentax K-1 ISO 51200

ISO 102400

ISO 204800

ISO 102400

ISO 204800

100 à 800 ISO : un océan de pureté

Les photographes de paysage ou de studio recherchent avant tout un piqué maximal et une pureté des à-plats. Ici, ils seront servis car jusqu’à ISO 800, le bruit ne se fera pas entendre. C’est bien simple : il m’a été impossible de classer en aveugle les clichés de ISO 100 à 800.

Un filtre d’accentuation assez franc peut même être utilisé, et les ombres peuvent être récupérées sans peine. Pour les scènes très contrastée, rester à un ISO faible sera néanmoins conseillé, pour bénéficier du maximum de dynamique de capteur.

1600 à 3200 ISO : un doux murmure

Une fois dépassé ISO 800, le bruit commence à apparaître, et il faut être plus prudent sur l’accentuation. Néanmoins, les photos restent très propres. Un léger filtre anti-bruit peut être appliqué, sans conséquence sur les détails, pour obtenir des à-plats bien lisses.

On peut encore se permettre de récupérer les ombres, mais il faudra éviter de trop sous-exposer le cliché.

6400 ISO à 12800 : le bruit gagne en présence, la dynamique chute

Ici, pas de doutes : le bruit est là et bien là. Cependant, le grain reste fin, et si les textures les plus fines et détails des ombres s’estompent (voir le pinceau), la photo reste agréable à l’œil,

En revanche, il vaudra mieux ne pas trop chercher à récupérer les ombres, car un moutonnement assez présent s’y cache (comme la poussière sous les meubles, d’ailleurs).

25600 à 51200 ISO : dégradation franche de l’image et des couleurs

Il faut considérer ces sensibilités comme les limites de l’exploitable avec le Pentax k-1, à réserver aux situations les plus exigeantes. Il vaudra mieux sacrifier les ombres en les bouchant, car le bruit y sera présent et disgracieux.

Si la teinte de certains petits objets sera fortement dégradée, la colorimétrie de la scène générale reste assez fidèle pour une exploitation en couleurs, mais le rendu en noir et blanc sera nettement supérieur, en particulier à 51200.

102400 à 204800 ISO : Un gadget ?

Pentax K-1 ISO 128000

A ISO 128000 la photo est encore exploitable en n&b. Je n’ai pas obtenu de résultat correct au-delà.

Là où le Nikon D810, cousin de capteur, s’arrête à 51200, Ricoh a fait le choix de laisser la possibilité d’aller 2 stops plus loin. C’est une liberté qui a le mérite d’exister… mais autant dire qu’à moins d’être pris au dépourvu face à une biche au clair de lune, il vaudra mieux fuir ces sensibilités. 

Les couleurs sont complètement délavées, et l’algorithme de réduction de bruit ne parviendra pas à les sauver.

Seul bon point, l’absence de banding rythmant le bruit de la photo, totalement rédhibitoire. En conséquence, il s’avère que les sensibilités ISO 102400 et 128000 permettent d’obtenir un résultat présentable et pas trop déplaisant en noir et blanc, sur de petits tirages.

Paramètres ISO Auto recommandés

Le Pentax K-1 propose un mode tAv, sorte de mode manuel à ISO Auto permettant une bonne maîtrise de l’image (vitesse, profondeur de champ). Selon votre utilisation, il convient de restreindre la portion de sensibilité utilisée, pour éviter les mauvaises surprises.

Voici donc quelques suggestions de réglages :

  • Paysage très contrasté (ciel et ombres) : ISO 100 à 400
  • Photo de produit, reprographie : ISO 100 à 800
  • Paysage, général : ISO 100 à 3200
  • Portrait de jour : ISO 100 à 1600
  • Portrait en intérieur : ISO 100 à 6400
  • Photo d’action : ISO 400 à 6400
  • Macrophotographie : ISO 400 à 3200
  • Photo de nuit, concert : ISO 400 à 25600

Pour un développement en noir et blanc, vous pouvez ajouter sans peine 1 stop de plus à ces valeurs.

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *