Choisir sa vitesse d’obturation ou temps d’exposition pour réussir une photo

vitesse-obturation

En paramétrant simplement votre vitesse d’obturation, vous pourrez obtenir des effets saisissants et donner plus de vie à vos photographies.

Cet exemple montre une photo prise en vitesse rapide en haut et en vitesse lente en bas. On constate que le rendu de l’eau est très différent.

Les appareils photo sont aujourd’hui tous équipés de capteurs de lumière performants permettant d’exposer justement la plupart des photos. Cependant, en prenant le contrôle de la vitesse d’exposition, vous pourrez obtenir des résultats bien plus intéressants.

Un temps d’exposition court pour figer les mouvements

En optant pour une vitesse d’obturation rapide (temps d’exposition court), vous allez pouvoir fixer votre sujet dans une position précise.

Pour se faire, si votre appareil photo est un reflex ou un compact muni des modes classiques (PASM), placez-vous en mode S. Si vous avez un compact ordinaire, utilisez le mode sport.

Généralement, on parle de vitesse rapide à partir de 1/100 secondes, voire 1/200.

Quel vitesse rapide choisir pour quels mouvements ?

Avec l’expérience, vous trouverez vous-même vos réglages, mais voici un ordre d’idée :

  • 1/200 secondes : figer une personne qui marche ou bouge lentement
  • 1/640 secondes : fixer une personne bougeant rapidement (course, sport d’équipe…), la course d’un animal…
  • 1/2000 secondes et plus : figer le mouvement d’insectes ou d’oiseaux, d’un jet d’eau…

Un temps d’exposition normal pour suivre les mouvements

Motion Blur Bike

Ici, le photographe a suivi la tête du jeune garçon pendant la prise de vue tout en optant pour une vitesse ordinaire (1/25 s). Cela a permis de flouter l’arrière plan et donner une impression de vitesse, tout en faisant une photo nette.

En utilisant une vitesse d’obturation habituelle (entre 1/10 et 1/100 secondes), vous obtiendrez des photos nettes de sujet immobiles si vous ne provoquez pas de bougé (attention aux longues focales non stabilisées).

Pour les sujets mouvants, ces vitesse intermédiaires sont très utiles pour mettre en valeur le mouvement.

Il y a deux façon d’utiliser ces vitesses sur un sujet en mouvement :

  • vous fixez l’arrière plan et laissez la partie mobile provoquer un flou de mouvement (exemple : la main d’un guitariste floue alors que ça tête reste immobile et nette)
  • vous suivez le sujet et floutez ainsi l’arrière-plan par phénomène de filé (exemple : vous suivez la voiture pendant la pause et laissez l’arrière-plan devenir une traînée)

Utiliser une vitesse d’obturation lente pour lisser les mouvements

Todhead Point

En exposant pendant 3,2 secondes les vagues sur cette plage, on a l’impression que celles-ci ce sont transformée en sorte de brume, offrant un rendu très poétique.

Très apprécié par les photographes de paysage, l’exposition longue (1 seconde à plusieur minutes) permet de diluer les mouvements.

Quelques exemples d’utilisation :

  • Lisser la surface d’une étendue d’eau ou d’une cascade
  • Photographier des traînées de phares en paysage urbain de nuit
  • Faire filer les étoiles dans un ciel nocturne