Les objectifs catadioptriques (à miroir) : décrochez la lune à petit prix !

On a tous eu un jour envie de photographier la lune de près, ou encore un oiseau un peu trop craintif pour le capturer avec un objectif classique… Mais un supertéléobjectif pour reflex coûte deux bras : celui qui paye et celui qui le porte ! Heureusement, il existe une alternative beaucoup moins chère: l’objectif catadioptrique.

Un vrai petit télescope pour votre appareil photo !

Avec son miroir frontal, un objectif catadiotrique se reconnait au premier coup d'oeil ! Photo: brian hefele

Avec son miroir frontal, un objectif catadiotrique se reconnait au premier coup d’oeil !
Photo: brian hefele

Le principal défaut des objectifs classique à très longue focale est sans doute le poids : comptez 3 à 12 kg pour un bon téléobjectif allant au-delà de 500mm !

Heureusement pour nos bras, il existe une parade : utiliser un jeu de miroir, à la manière des lunettes de type Cassegrain. La lumière entre par la lentille frontale, puis est réfléchie dans le fond de l’objectif vers un petit miroir situé devant au centre, avant de pénétrer dans un tube qui mère à la chambre photographique.

En plus de permettre de raccourcir considérablement la longueur de l’objectif, cela permet aussi de limiter le poids : l’objectif ne contient presque que du vide !

L’autre avantage, et de taille, est le prix : pour 100 à 150 euros (et jusqu’à 3 fois moins d’occasion), vous pouvez vous offrir un objectif à miroir de 500, 600 et même 800 mm !

Y aurait-il cata sous roche ?

Bien exploité, le "bokeh donut" peut ajouter du charme à vos photos ! Photo : Andrew Butitta

Bien exploité, le « bokeh donut » peut ajouter du charme à vos photos ! Photo : Andrew Butitta

S’il n’y avait pas d’inconvénient, ces objectifs coûtant jusqu’à 50 fois moins cher  que les équivalents classiques équiperaient tous les paparazzis du monde… mais bien entendu, le miracle a quelques revers, voici les principaux :

  • Un rendu particulier : le bokeh annulaire ou bokeh donut. Les lumières en arrière plan, au lieu d’apparaître sous forme de jolis ronds, prennent la forme d’anneaux. Bien utilisé ça peut en jeter, mais sur plus d’une photo c’est plutôt distrayant.
  • L’absence de diaphragme : ces objectifs ont une ouverture fixe, souvent F/8, ce qui n’est pas très lumineux
  • La mise au point manuelle : à l’exception d’un modèle Minolta/Sony (aujourd’hui discontinué) qui proposait l’autofocus, ces objectifs ont tous une mise au point manuelle. Obtenir le point avec une telle focale
  • Pas de stabilisation : à moins d’utiliser un boîtier Pentax, Olympus ou Sony proposant une stabilisation au niveau du capteur, vous n’aurez aucune stabilisation, ce qui imposera d’utiliser des vitesses très élevée pour éviter le flou de bougé.

Enfin, il faut bien l’avouer : les objectifs à miroir n’offrent pas un contraste ni un niveau de détail superlatif. Mais à ce prix, et avec un peu de post-traitement, c’est pas franchement une gageure !

%%alt%Le SAMYANG 500mm f/6.3
Ce catadioptrique de 500 millimètre pèse seulement 705 grammes pour une ouverture presque moitié plus grande que la plupart des objectifs du genre (F/6.3 contre F/8). A moins de 150 euros, c’est un rapport qualité-prix en neuf très intéressant !
Voir le produit

%%alt%Le SAMYANG 500mm f/8
Version plus compacte et moins lumineuse de son grand frère, c'est également l'objectif catadioptrique le moins cher que vous pourrez trouver facilement en France et neuf (à peine plus de 100 euros port compris !)
Voir le produit

Exercice

L’exercice le plus périlleux avec les objectifs catadioptrique sera bien entedu de réussir la mise au point !

Entainez-vous d’abord sur des objets aux bords saillants et bien détachés de l’arrière-plan : un panneau de signalisation, un grillage… Regardez à chaque fois le résultat à 100% et jugez si vous êtes bon, trop en avant ou trop en arrière.

Assez rapidement, vous arriverez à faire le point sur des objets moins contrastés, et cela deviendra vite naturel. Pour les  sujets mouvants, il faudra néanmoins beaucoup de pratique, et un peu de chance !

Voilà !