Comment faire des photos sans flash pas floues ?

no-flash-sign

Le flash est souvent malvenu, voire carrément interdit. Oui mais voilà, quand la lumière manque, sans flash, mes photos sont floues… voici quelques astuces pour éviter d’avoir le choix entre grimaces et bouillie…

Pourquoi les photos sans flash peuvent être floues ?

En photo, il y a deux types fondamentaux de flou : le flou dû à la profondeur de champ (devant et derrière le sujet), et celui dû au mouvement (bougé ou filé). Ces deux types de flous peuvent survenir plus facilement en cas de manque de lumière.no-flash-sign

Le flou de bougé à cause d’une vitesse trop basse

Le type de flou le plus courant quand la lumière manque et que le flash n’est pas une option est le flou de bougé. Moins il y a de lumière, plus l’appareil photo a besoin de faire une pause lente, ce qui fait que le mouvement provoque un flou. Ce mouvement peut venir du sujet, s’il ne se tient pas immobile, ou du photographe, s’il bouge trop.

Pour atténuer ou supprimer ce type de flou sans flash, vous avez plusieurs possibilités :

  • Ouvrir le diaphragme si possible
  • Augmenter la sensibilité ISO de l’appareil

Jouer sur ces deux paramètres permettent d’augmenter la vitesse d’obturation et donc d’avoir des mouvements mieux figés. Mais cela ne suffit pas toujours. Il faut alors recourir à d’autres astuces :

  • Utiliser un trépied pour immobiliser l’appareil photo
  • Activer la stabilisation de l’appareil ou de l’objectif (si disponible)
  • S’appuyer contre un mur, un meuble ou un arbre et garder les bras proche de la poitrine pour être plus stable
  • Demander à votre sujet de se tenir tranquille !

Si vous suivez tous ces conseils, vous devrez réduire visiblement votre « taux de déchet » à cause du flou de bougé lors de vos photos sans flash !

Le flou de mise au point

Le flou de profondeur de champ n’est pas directement lié au flash, mais son absence peut légèrement l’accentuer. Quand la lumière manque, le photographe (ou l’appareil en mode automatique) va chercher à ouvrir le diaphragme afin de laisser passer un maximum de lumière. En ouvrant le diaphragme, la zone de netteté devient d’autant plus faible, ce qui permet des portraits plus flatteurs (voir notre page sur le bokeh), mais fait que l’erreur ne pardonne pas.

Et des erreurs de mise au point, en basse lumière, il y en a beaucoup plus. Que ce soit en mise au point manuelle ou en autofocus, le manque de lumière diminue en effet la précision du point. Parfois, l’appareil utilise le flash comme lumière d’appoint pour lui faciliter la tache (c’est souvent le cas avec les flash « torche » des smartphones), et sa désactivation entraîne une perte de performance.

Résultat, vous vous retrouvez avec des photos floues, ou bien dont la partie nette se trouve devant ou derrière le sujet, ou encore où seulement une partie de votre sujet est nette (en particulier en cas de photos de groupe).

Pour remédier en partie à cela, la seule solution est de fermer le diaphragme. Si vous avez lu la première partie, vous comprendrez que cela va se faire au détriment de la vitesse, ou bien de la sensibilité, et que la marge de manœuvre sera très petite.

La photo sans flash : un jeu d’équilibriste

Vous l’aurez compris, le flash reste le moyen le plus facile d’obtenir une photo nette quand la lumière manque… que ce soit par obligation ou par choix, le fait de se passer de flash complique fortement l’exercice, mais il est possible tout de même de s’en sortir avec de la technique et du bon matériel. Si vous souhaitez pouvoir faire des photos sans flash pas floues dans ce type d’ambiance régulièrement, il sera très utile d’acheter un objectif lumineux (F/1.8 et inférieur).